fiche Fiche d'adhésion

Accueil


Amis archers, je vous salue !

Vous êtes sur le site officiel de l’ACL03 – Arc Chasse Loisirs 03, association initialement de chasseurs à l’arc qui, depuis 11 ans maintenant, a créé et gère son propre parcours 3D permanent, ouvert toute l'année.

 

Cet espace naturel et ludique de 27 hectares, au cœur de la forêt de Tronçais, accueille les porteurs d'arcs issus de toutes disciplines confondues, (tir 3D , nature , arc trap , FFCA , FFTL , FFTA , médiéval) qui pratiquent cette passion avec nous. 

 

ACL03 a été créée en 1999 grâce à la notoriété grandissante de la chasse à l'arc par un groupe de passionnés, avec l'aide de la Fédération Française de Chasse à l'Arc et encouragés par la Fédération Départementale des Chasseurs de l'Allier, a franchi le pas et décidé de créer une association départementale Loi 1901 consacrée à ce mode de chasse.

 

Son but premier est de promouvoir et développer ce mode de chasse. Différentes activités gravitent autour de cette passion, tels que le tir 3D, le tir instinctif, ou avec viseur.

 

Cela se décline avec différents types d'arcs, du plus simple longbow médiéval au plus sophistiqué des arcs à mécanisme, en passant par les arcs turco-mongols.

 

ACL03 porte un intérêt tout particulier sur la formation des futurs chasseurs à l'arc, grâce notamment à la gestion des JFO (Journées de Formation Obligatoires) et la vision de la FFCA (Fédération Française de Chasse à l'Arc).

 

ACL03 est à la disposition des chasseurs et des archers pour tout type de renseignements, que ce soit sur le choix de matériel, des différentes techniques, des fournisseurs, des méthodes de chasse ou de la législation en vigueur.

 

ACL03 privilégie les rapports avec le monde de l'archerie, dans les départements limitrophes comme dans les autres régions.


ACL03 prend part à la vie cynégétique par sa participation à différentes manifestations au cours de l'année.

 

ACL03 est adhérente à la FFCA qui informe et regroupe actuellement la quasi-totalité des départements français.

 

Le président , Didier Krémenski .





 

INFO FLASH


Bonjour à tous,
L'ACL03 et la Fédération Départementale de l'Allier organise le 9 mars 2024 la JFO au Domaine des Sallards.
Pour plus d'informations et pour l'inscription contacter la FDC03.
Venez nombreux.





Retrouver nous sur notre page Facebook ACL03.






Le mot du Président


L'aube du 3ème millénaire, pourquoi certains d'entre nous choisissent-ils cette arme préhistorique, si peu efficace, à côté des puissantes armes à feu modernes ?

 

Pourquoi choisit-on un arc plutôt qu'un fusil ? Ce choix n'est pas d'ordre matériel, c'est le moins que l'on puisse dire. 

 

La recherche de la nourriture n'étant plus de mise de nos jours, le commun des mortels chasse pour des raisons bien différentes, selon les us et coutumes de son milieu, ses goûts, ses aptitudes, ses motivations personnelles ; c'est cet hétéroclisme qui compose le monde de la chasse actuelle avec ses bons et ses mauvais côtés. Mais il est une chose dont on ne peut taxer le chasseur à l'arc, c'est de vouloir, à tout prix, "faire de la viande".

Ce mode de chasse est tellement aléatoire, difficile : il faut un entraînement au tir permanent, avec un engagement physique, bien sûr, mais aussi mental. Qu'il manque une infime partie de ces conditions et c'est l'échec. De fait, le prélèvement est ridicule par rapport aux armes à feu.

Alors pourquoi l'arc me direz-vous ?

 

Cela relève d'une sorte de philosophie dans la quête du gibier, une traque primitive, précédée de "rituels sacrés", où la préparation du matériel est essentielle, celle de l'homme aussi.

Le chasseur à l'arc va décorer, camoufler les branches de son arme, avec de la peinture, du cuir, la rendre silencieuse avec des amortisseurs de vibration sur la corde. 

 

Nombre d'entre nous fabriquent leurs flèches, leurs carquois, etc..

Le chasseur à l'arc utilise des vêtements clairs et sombres, alternativement, pour "casser" la silhouette humaine. Il se décore le visage pour éviter d'alerter le gibier par la vue de cette tache blanche. Il fait attention aux odeurs : savon, parfum, sont interdits. A méthode simple, toilette simple !

 

En action de chasse il y a tout d'abord une sorte de connivence entre l'arme et le chasseur : cette arme, qui n'est rien sans la force musculaire du tireur, et ce dernier qui n'est rien sans son arc. Le fait de presser une détente est certainement moins prenant spirituellement.

 

Malgré cela, nous laissons énormément de chances au gibier. Nous voulons nous mesurer directement aux défenses naturelles des animaux, l'ouïe, l'odorat, la vue, en nous rapprochant à de très courtes distances, en entrant dans l'univers du gibier. Nous essayons ainsi, si ce n'est de prélever beaucoup d'animaux, de vivre des émotions fortes, toujours différentes, et de contrôler ces dernières afin de faire le moins d'erreurs possibles.

Cette chasse est en osmose avec la nature par son silence, donc peu de perturbation sur l'environnement, par l'intégration du chasseur dans le milieu, nez au vent, dans l'ombre de la végétation, l'oeil aux aguets, et l'oreille tendue pour redevenir le prédateur, dans le sens noble du terme, alors que toutes ces facultés originelles sont effacées, en grande partie par la vie moderne et artificielle.

 

Mais c'est bien connu, le chasseur à l'arc ne collectionne pas les trophées, il collectionne les souvenirs. C'est peut-être pour cela que, de plus en plus de chasseurs au fusil viennent à l'arc, que des non-chasseurs viennent à la chasse à l'arc, que les femmes s'y intéressent de très près (la lionne ne chasse-t-elle pas mieux que le lion ? Ne nous en déplaise).

Cette méthode de chasse apporte également des intérêts supplémentaires, différents et sans attraits dans d'autres disciplines cynégétiques, comme l'approche d'un merle, d'une grive, ou l'affût au ragondin.

 

Pour toutes ces raisons, la chasse à l'arc sera peut-être la chasse de demain, la chasse de ceux qui demandent peu, mais qui reçoivent beaucoup.

 

C'est pour cela que nous chassons à l'arc!

 

Le président, Didier Krémenski.